Via

Romana

Association Internationale

 

 

LE CENTRE D’INTERPRETATION
DE LA CHAUSSEE ROMAINE

Waudrez, Belgique

 

    > La chaussée romaine

 

 

 Accueil
 
 Agenda
 
 Chaussée romaine
 
 Activités
 
 Articles de presse
 
 Accès
 
 Contacts
 
 
 

 

 

L'histoire - L'état actuel - Les publications - Le centre d'interprétation -

Le projet Via Romana - L'association internationale Via Romana

 

 

>> Les publications

 

Publications en vente au Musée Gallo-Romain de Waudrez

 

GOOVAERTS, Rvd Père S. ; « Un village inconnu…Waudrez, l'ancien Vodgoriacum des Romains », Binche, 1933.

Cet ouvrage de 342 pages retrace l'histoire de Waudrez depuis la conquête césarienne jusqu'après la première guerre mondiale. Il comporte également un large opuscule relatif à la seigneurie de Bruille et à ses occupants, du Moyen Age au début du XXème siècle.

Prix : 20,00 €

 

--------------------

 

STATIO ROMANA, ASBL, « La chaussée romaine », Waudrez, 1995.

Ce catalogue broché de 34 pages présente brièvement les chaussées romaines, en expliquant leur construction, leur raison d'être ou en décrivant leurs abords. Il constitue un guide détaillé pour la préparation d'une visite du Centre d'interprétation de la chaussée romaine.

Prix : 7,50 €

 

--------------------

 

CAPERS, P. et DEKEGEL, Ph. ; « Vodgoriacum, le vicus gallo-romain de Waudrez » (Guide du site, du musée et du centre d'interprétation de la chaussée romaine), Waudrez, 1998.

Ce guide de 56 pages est illustré par de nombreuses photographies. Il présente brièvement l'histoire du site gallo-romain de Vodgoriacum, de son identification par les modernes et des fouilles qui y ont été menées. La deuxième partie est consacrée aux collections visibles au Musée gallo-romain. Enfin, un chapitre retrace les différents aspects des chaussées romaines, qui sont abordés dans le Centre d'interprétation qui leur est consacré.

(Ce guide est en cours de réactualisation)

Prix : ……. €

 

--------------------

Remarque : En cas d'envoi postal, les frais de port sont à la charge du destinataire.

 

>> Le centre d'interprétation

 

     Le Centre d'Interprétation de la Chaussée romaine, idée originale de l'ASBL Statio Romana, a pour objet de présenter et de promouvoir la Chaussée romaine Boulogne-Bavay-Tongres-Cologne, au long de laquelle le site de Vodgoriacum est implanté. Une série de panneaux explicatifs y informent des thèmes suivants :

 

    >>> Historique

     Le réseau routier en Gaule, avant l'époque romaine, apparaît comme une structure répondant à des besoins locaux, par opposition au caractère des voies romaines, construites à l'échelle de l'Empire romain. C'est Auguste qui initia le développement du réseau des voies romaines en Gaule, tremplin d'une croissance économique et sociale sans précédent.
On attribue généralement à la reine Brunehault d'Austrasie (534-613) la réfection de ces anciennes grandes chaussées. Ceci explique le nom qu'elles portent souvent.

 

     >>> Sources de renseignements

     Nombreuses et variées sont les sources qui nous renseignent sur les chaussées de nos régions. Aux textes littéraires et aux découvertes archéologiques multiples s'ajoutent les fameux Itinéraire d'Antonin et Carte de Peutinger.

 

     >>> Construction

     Deux types de routes sont construites : les routes principales, publiques, et les voiries vicinales qui y aboutissent. Les structures des routes varient selon les conditions du terrain qu'elles empruntent et tiennent compte de la nature de l'oro-hydrographie.


La
via Appia aux environs de Rome

 

     >>> Raison d'être

     Le rôle des routes est de relier Rome aux points critiques de l'Empire que sont ses frontières. Elles assurent ainsi l'approvisionnement, la sécurité, la survie, voire l'extension de l'Empire romain.
Leur création, dont la vocation initiale était militaire, a entraîné une profonde réorganisation du territoire, des déplacements et des regroupements d'individus. Elles ont facilité les voyages des soldats, des messagers et des marchands de produits de toutes espèces.

 

     >>> Organisation du territoire

     La plupart des villes et bourgades romaines furent implantées en même temps que l'aménagement du réseau routier, là où elles semblaient les plus utiles à l'administration du territoire par Rome. Les grandes cités (Boulogne, Arras, Bavay, Tongres, Cologne) constituent le symbole de la nouvelle civilisation, même si l'essentiel de leurs habitants sont des indigènes. On y gouverne, on y réside, on y commerce et l'on s'y distrait.
Tout au long des chaussées s'égrainent également des agglomérations secondaires qualifiées de vicus. Vodgoriacum, l'actuel Waudrez, était le premier gros vicus en partant de Bavay vers Tongres.

 

     >>> Abords

     En rase campagne, les bornes milliaires et des points marquants du paysage, comme les tumuli, les gués ou les bourgades traversées, constituent autant de points de repère pour le voyageur antique. Grandes villas agricoles, temples et cimetières la jouxtent souvent. Dans les principaux vici se trouvent relais de poste et gîtes d'étape.

 



La chaussée Bavay-Cologne entre Bavay et Waudrez

 

     >>> Utilisation pratique

     La distance qui sépare deux étapes était approximativement de trente kilomètres. Ceci correspondait à l'espace parcouru quotidiennement par les légionnaires en temps de paix. C'est aussi la distance après laquelle il devient nécessaire de changer de monture. C'est pourquoi de nombreux relais de poste permettaient aux voyageurs de s'arrêter. Mais le voyage n'était pas sans risque et les incidents qui pouvaient l'émailler devaient être de nature aussi cocasse que variée.


La chaussée Bavay-Cologne entre Bavay et Waudrez

 

     >>> La chaussée romaine Boulogne - Bavay - Tongres - Cologne

     Cette chaussée d'axe ouest/est constitue l'un des plus grands axes routiers du nord du monde romain entre le Ier et le IVème siècle de notre ère. Elle mettait en contact les villes militaires de Germanie, les cités des peuplades belges et les îles britanniques et permettait la diffusion des produits commerciaux venus des quatre coins de l'Empire. Traversant aujourd'hui quatre pays (France, Belgique, Pays-Bas et Allemagne) et cinq régions différentes de l'Union Européenne, elle constitue un axe touristique digne d'intérêt. Parmi les cités d'origine antique qui la bordent, on peut ainsi mentionner :

   - en France : Boulogne, Thérouanne, Arras, Cambrai et Bavay

   - en Belgique : Waudrez, Liberchies, Taviers, Braives et Tongeren

   - aux Pays-Bas : Maastricht et Heerlen

   - en Allemagne : Jullich, Thorn et Köln

 


La Bavay-Cologne à Estinnes

 

Retour à l'accueil

Site optimisé 1440 x 900 © Statioromana.org - Philippe Dekegel, 2008. Tous droits réservés. Toute reproduction, partielle ou complète, interdite. Pour tout problème sur le site, question ou commentaire, contactez Philippe Dekegel